Mardi 08/10, on a joué à…

Trickerion, le jeu où tu prétextes une urgence pour pas terminer.

Black Angel, le jeu violet.

Tant que t’as pas été Puerto Riqué par Benjamin, tu fais pas partie de la famille.

On dirait pas comme ça, mais ces cubes sont hyper violents. Santiago, catalyseur d’hostilité depuis 2003.

Colt Express, un classique du jeu familial.

Nefertiti, un jeu très bien (si si, Nico).

Ra Dice, fonctionne très bien à deux joueurs, mieux que son grand frère sans dés.

Azul Sintra, le même mais différent tout en étant pas pareil ?

Le tour du monde en 80 jours, réédition du Lièvre et la tortue, jeu de l’année en Allemagne en… 1979 !

Publicités

Portrait ludique : Vianney

Si on me demande si je suis plutôt joueur ou collectionneur, je dirai d’abord joueur ! Ce que j’aime avant tout, c’est jouer, que ce soit à mon jeu ou à celui d’un autre, et comme j’aime découvrir des nouveautés, c’est souvent celui d’un autre. Mais j’aime aussi découvrir le jeu dans ses différentes dimensions. Alors évidement ça passe aussi par le plaisir d’ouvrir une nouvelle boîte, de se dire que cette fois-ci on a peut-être trouvé LE jeu qui fera la différence, de trouver les cadeaux que l’auteur nous réserve, dépuncher, toucher, sentir : que du bonheur ! Acheteur compulsif ? Je ne crois pas. Je prends souvent mon temps et j’aime me renseigner avant de me décider à acheter. C’est ce moment où le jeu commence à se dévoiler délicatement et j’apprécie ce jeu de séduction. (J’essaye de faire plus subtil que « c’est celui qui a la plus grosse » de Minh-Huy). Ce qui ne m’empêche pas d’acheter régulièrement de nouveaux jeux. Une condition : pouvoir y jouer à deux, c’est pour jouer en couple. (D’accord, moins subtile celle-là…). Alors finalement joueur ou collectionneur ? Un peu les deux. Ce qui est sûr c’est que même si parfois je suis un peu maniaque un jeu ça doit servir.

Résultat de recherche d'images pour "jeu de hasard dessin"

Eh oui le jeu c’est la vie (ou c’est le gras ? j’ai un doute…). Alors ma limite c’est celle des heures dans une journée et des joueurs disponibles. J’adore découvrir de nouveaux jeux et c’est souvent un dilemme de décider entre rejouer à un bon jeu et en découvrir un autre. Quant aux règles, le moment de leur découverte est primordial, le moment où l’on comprend ce que le jeu attend de nous pour dévoiler ses facettes cachées, découvrir ses mécaniques, et le disséquer (déformation professionnelle) jusqu’à se surpasser suffisamment pour le surpasser [J.-C. Van Damme inside, NDLR]. Alors à la question « Aimes-tu lire des règles le soir avant de t’endormir ? » je répondrai : « Oui, ce soir j’ai mes règles » (bon ok elle n’est pas de moi).

Résultat de recherche d'images pour "lecture lit soir"

Mais ce que j’aime le plus, c’est finalement passer un bon moment avec les autres ! Alors le type de jeu est parfois moins important que le fait de jouer. J’ai quand même une préférence pour les gros/moyens jeux avec de la réflexion et de l’interaction (forte ou douce). Je peux apprécier les jeux sans interaction, mais je trouve qu’il leur manque une dimension : la rencontre de l’autre, aller le titiller et qu’il vienne me titiller, le pousser dans ses retranchements, se prendre le revers de bâton, et parfois me faire avoir parce que j’ai plus cherché à attaquer l’autre qu’à gagner des points. J’aime bien gagner, mais si je perds, c’est que mon adversaire m’a bien eu, ou que j’ai mal joué et je n’en veux à personne. Je peux être déçu même en gagnant si j’ai l’impression de ne pas avoir bien joué, comme être très content en perdant si j’ai fait LE super coup de la mort ! Le hasard ne me dérange pas s’il est dans la logique du jeu ou qu’il est modéré. Je n’aime pas quand un jeu est purement basé sur une stratégie qu’un jet de dé peut anéantir d’un coup sans aucun moyen de le contrer. Mais si le but est justement de réussir à contrôler ce hasard, ou qu’il s’agit d’un petit modulateur alors cette dose d’incertitude vient ajouter la pointe de piment qui vous fait vriller les tripes et ajoute de la tension au jeu.

Résultat de recherche d'images pour "mauvais joueur"

Car finalement c’est ça qu’on recherche tous, être pris aux tripes. Alors quand le thème est au rendez-vous (Twilight Struggle), que les illustrations sont superbes (Scythe), que l’histoire est captivante (7th Continent), et que le matériel est beau (les Lacerda), on se transforme coup après coup en maître de la galaxie, agriculteur, chef des armées, viticulteur, carreleur, explorateur, vahiné, restaurateur, guerrier ou pacifiste… du coup je me suis récemment mis à la peinture de mes figurines. Malgré ça, je préférerai toujours jouer à un bon jeu moche plutôt qu’à un beau jeu fade (c’est là qu’on parle de Wingspan ?).

Résultat de recherche d'images pour "age of steam"

Et le reste du temps ? Lecture, musique, mais surtout j’ai investi dans les enfants (4 !!) pour assurer des compagnons de jeux pour mes vieux jours.

Résultat de recherche d'images pour "equipe enfants jeux de societe"

Alors assez blablaté et à mardi pour jouer !

Portrait ludique : Romain

Le mardi, c’est rarement raviolis mais c’est souvent (le plus possible) jeux de société. Je ne suis pas un collectionneur ni un acheteur compulsif mais j’adore essayer de nouveaux jeux. Quoi de mieux alors qu’une asso où des gens très sympa ramènent chaque semaine des jeux simples, compliqués, rares, étrangers, beaux (très souvent), moches (parfois)… ? Rarement (le mot est faible), on m’a vu ramener un jeu, la peur de la concurrence peut-être. Ma ludothèque s’étoffe très doucement mais uniquement avec des jeux auxquels je suis sûr de pouvoir rejouer en dehors de l’asso.

J’aime jouer ! Et il est très facile de me faire aimer un jeu. Un beau plateau, de beaux jetons ou figurines et une bonne explication des règles et me voilà embarqué. Difficile pour moi de rejeter un jeu dans son intégralité (un peu de respect pour les créateurs !). Je reste toujours bon joueur et de bonne humeur devant un jeu, mais pitié, épargnez-moi les jeux de 6 heures (2h30 me semble une durée tout à fait correcte). Mon endurance sur une soirée dépendra du jeu, du nombre de jeux (3 au maximum pour pouvoir en profiter correctement) et parfois du stock de trucs pas très bio à grignoter.

Une partie doit être un bon moment, et je suis toujours partant pour un jeu tant qu’il se joue à plus de 1. Je m’adapte facilement aux joueurs présents. Codenames en famille, Loup Garou près d’une cheminée ou Time’s Up en soirée ! Prêt pour les jeux coopératifs ou de stratégie, l’échec ne me fait pas peur tant que le plaisir de jouer est là. Je râle régulièrement sur les actions que je fais mais je finis rarement la partie en boudant. Pourtant pas le plus fin négociateur, ni le plus retors, j’aime assez les jeux d’argent, capitalistes ou politiques. J’aime également quand le hasard peut venir faire tout basculer, sur un coup de dé ou un tirage de carte. Je fatigue rapidement de devoir calculer et préparer dès le premier tour l’ensemble de mon jeu, je m’en remets soit à mon instinct, soit au destin.

Je suis toujours admiratif devant les belles créations. Quoi de plus immersif que de « vraies » figurines représentant de gentils animaux ou de terribles monstres ! Il est assez facile d’emporter mon adhésion mais j’affectionne particulièrement les efforts des auteurs pour la thématique et le lien avec les règles (tant pis si c’est au détriment de la mécanique de jeu). Je veux sentir que le thème n’est pas là par hasard.

Comme l’a dit un illustre Inconnu, je suis très beaucoup pour l’éclectisme ! Tous les thèmes me plaisent tant qu’ils restent crédibles et bien pensés ! Une petite préférence quand même pour la Révolution Industrielle, la Bourse et les jeux permettant de conduire des civilisations.

Pour finir, je suis de ceux qui veulent juste profiter d’une bonne soirée, qui aiment ranger leurs jetons et leurs billets et qui préfèrent être 2e car ça représente moins de pression pendant la partie (ah ouais, pas vous ?).

Sinon j’aime le cinéma, les voyages, la lecture, la politique, la course d’orientation, l’histoire et le théâtre.