Mégawatts

Cette semaine, … ah non, pas cette semaine, mais très souvent, j’ai joué à Mégawatts de Friedemann Friese. Vous savez, ce type tout vert. Et ne dites pas Cetelem, sinon je vous tape.
Voici un bref compte rendu du jeu pour que vous puissiez vous en faire une idée.

Les jeux que j’aime
Les eurogames tactiques (comprenez des jeux qui réduisent à votre place les choix qui s’offrent à vous à chaque tour et dans lesquels vous n’établissez pas une stratégie à long terme) qui réussissent à créer une ambiance originale

Les jeux de FF que je connais
Beaucoup ! Mais ils ne sont malheureusement pas tous réussis…
Finstere Flure (sorte de Roborally revisité, bon jeu, le chaos maîtrisé), Vendredi (jeu solo sur le thème de Robinson Crusoe inspiré de Dominion, réussi), Fische Fluppen Frikadellen (inintéressant dans sa version simple, pas eu l’occasion de tester la version étendue qui nécessite 3 boîtes), Copycat (prometteur mais inutile), Fiesematenten (ne fonctionne pas), Turbo Taxi (jeu de vitesse bien trouvé auquel on joue 2 fois avant de le ranger), Fürstenfeld (nouvelle tentative après Mégawatts – et après Fische Fluppen Frikadellen dans une moindre mesure – de proposer un marché dynamique, complètement ratée à mon avis), Fiese Freunde, Fette Feten (mauvais)

Des jetons de poker remplaceront avantageusement les billets papier du jeu

Ce que j’attends de Mégawatts quand j’y joue
Je sais que je vais passer un bon moment. C’est comme aller dans un resto qu’on connaît et qu’on apprécie. Sauf que ça coûte rien !

Ce que j’ai à chaque fois
– Un jeu incroyablement tendu
– Un thème et une esthétique incomparables : constituer et gérer un parc de centrales pour alimenter en électricité un réseau de villes, le tout dans des couleurs que vous n’avez encore jamais vues !
– Des enchères et du calcul
– Un marché dynamique
– Des coups de fourbe
– Des dizaines d’extensions, plus rejouable tu meurs.

Les centrales qui alimentent vos villes en électricité

Jamais déçu ?
Rarement. Le jeu fonctionne tout simplement parfaitement. On a mille occasions de gêner les autres mais aussi de se planter royalement. Les problèmes posés par le jeu sont simples mais les décisions pleines de conséquences : quand investir dans une nouvelle centrale, combien d’argent dépenser dans les combustibles, combien de villes ajouter à notre réseau. Car le mieux parti joue après les autres, achetant au prix fort ce que les autres ont eu pour une bouchée de pain. Le lièvre et la tortue, tout ça…

Autres réflexions présentant un grand intérêt pour l’humanité
Friedemann Friese fait des jeux originaux. Il fait des jeux auxquels on peut jouer à 6, d’autres auxquels on peut jouer seul, d’autres encore auxquels on peut jouer à 15 ! Ce qui l’intéresse, c’est de proposer quelque chose de neuf. Il faut bien avouer que ça donne rarement un bon résultat. Aucune importance, il a fait un bon jeu. Tellement bon que les gens avec lesquels j’y joue se l’achètent aussi et le font à leur tour découvrir à leurs amis.

Conclusion
Mégawatts est un classique. Vos enfants y joueront encore avec leurs petits-enfants.

2 réflexions sur “Mégawatts

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s